Exposition Henri MACCHERONI

29 mars 2013 - 27 avril 2013
Henri MACCHERONI illustre la chauve-souris de Robert Rovini.

Robert Rovini. Henri Maccheroni.

Un homme des mots. Un homme de l’image. Deux hommes pour une « chauve-souris », elle-même figure de l’entre-deux, figure d’un triangle dont les trois sommets seraient l’hybridité, la marginalité et l’obscurité, figure du créateur qui zigzague en grand silence, voit dans le noir et dont le vol en ses œuvres effraie et séduit.

Henri Maccheroni, on le sait, est peintre, dessinateur, graveur, photographe, faiseur de livres.

Plus qu’un poète, Robert Rovini fut un exemple vrai, un « être-de-poésie », soit quelqu’un en qui se rejoignait l’homme et son aventure, le réel et l’esprit qui le fonde.

Et Henri Maccheroni va aller chercher au fond d’une boite d’archives un manuscrit. Manuscrit que Robert Rovini peu de temps avant sa mort lui avait confié en lui demandant d’en être un jour l’accompagnateur plastique.

Ce jour est venu. C’est que dans la ténébreuse épaisseur d’exister, Henri Maccheroni venait de rencontrer le tiers capable de porter jusqu’aux rivages de la lumière ce qui se tenait dans la nuit depuis que son auteur l’avait écrit et voué au noir.

Henri MACCHERONI illustre « L’intime » de Jean Khalfa.

Peu d’œuvres ont tant sollicité l’écriture poétique que ces « Deux mille photographies du sexe d’une femme ». D’où viennent l’étonnement, la fascination même, toujours suscités par cette œuvre, variation sur un sujet après tout si proche, d’autant qu’elle est publiée au moment même où l’industrie des images banalise spectaculairement sa représentation ?

Maccheroni y a toujours insisté, son entreprise était une attaque contre la pornographie, c’est-à-dire contre l’invasion du commerce, de la valeur d’échange dans la sphère de l’intime, au même titre que ses œuvres dans d’autres sphères de la vie.

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...