Exposition PASO : « Le Jardin des Délices »

17 octobre 2008 - 22 novembre 2008

Août 1870. Ce sont les flammes de la guerre, les flammes de l’enfer ! … C’est là que fut anéantie la bibliothèque de Strasbourg, qui renfermait des trésors d’une inestimable valeur, ainsi le Hortus Deliciarum, composé par Herrade de Landsberg, abbesse du couvent de Sainte-Odile au 12ème siècle… »

Le « Hortus » vise à l’instruction et à l’édification chrétiennes. Il constitue une sorte d’encyclopédie de la foi de son époque. Il comptait à l’origine 342 feuillets et encore 324 au moment de sa destruction par le feu en 1870. Sur ces feuillets figuraient les miniatures, qui ont fait la célébrité de l’œuvre, et les commentaires d’Herrade.

C’est cet ouvrage que PASO fait revivre, explorant des pistes nouvelles. Il nous propose une relecture du « Hortus Deliciarum », en soumettant à notre regard un « Jardin des Délices » très contemporain. Il en a retenu le cycle de la création d’Adam et Eve et lui a consacré huit dessins. Chacun est mis en parallèle avec une miniature d’Herrade, et inspiré par elle. Le style de PASO, bien sûr, est différent et le regard qu’il pose sur l’Homme n’est pas tout à fait le même.

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...