Exposition Gino GINI : L’abécédaire

19 janvier 2007 - 3 mars 2007

En italien, l’utilisation d’abécédaire dans sa signification d’alphabet se trouve dès 1268 avec Andrea da Grosseto. L’abécédaire, imprimé en xylographie, va s’imposer comme instrument didactique à la naissance dans les villes de l’instruction publique, et cela déjà depuis le XV° siècle. A cet « archifenomeno » qu’est le langage, chargé de mystères, de jeux et de potentialités sacrées, Gino Gini applique toutes ses connaissances techniques et créatives, et son expérience tant de l’image mythique que du livre d’artiste. Avec moins de formes carrées et d’esthétisme que Bruno Munari dans son abécédaire, mais tout autant de créativité et plus de vitalité et de rigueur dans la dimension scripto-picturale, Gino Gini visualise un vrai « alphabet du monde », véritable pont entre l’ancien et le moderne, entre ce qui est évident et ce qui reste indéchiffrable, caché et ironique.

– Amedeo Anelli

Voir aussi…

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Ce « Jeux de confinement » est né de l’évidente collaboration que nous entretenons entre artistes, auteurs et éditeurs, et de l’impossibilité de nous rencontrer, d’échanger de vive voix, durant la première période de claustration.