Exposition Gino GINI et Fernanda FEDI

26 juin 2009 - 1er août 2009
Ces deux artistes, tendres et inséparables complices, rendent ensemble hommage à Seshat l’égyptienne, déesse de l’écriture. Ils parcourent les mêmes lieux, partagent la même passion pour l’Egypte et la même fascination pour l’écriture ; mais, pourtant, ils le font de manière si différente, chacun transportant sa propre réalité, se confrontant à ses propres manques et essayant de donner corps à ses propres rêves.

Gino Gini se ballade les pieds sur terre et la tête dans le ciel. Chez lui, l’écriture devient peinture, et pourtant reste lisible, et la peinture la révèle, comme deux entités, deux médias de nature différentes mais de même esprit. L’écriture vient raconter la peinture, poser ce qu’elle ne peut que suggérer. Gino Gini a la tête dans le ciel, il jouera avec les nuages comme avec une plume ou une feuille morte, et tous ces moments seront des moments de pure poésie, mais il a les pieds sur terre et notera avec précision le lieu et l’heure d’une émotion pour en rendre compte et de peur, sans doute, de la voir disparaître.

Fernanda Fedi fouille le sable à la recherche d’une trace, d’un signe, d’une stèle gravée oubliée depuis des lustres et qui détiendrait ce secret perdu par l’humanité, peut-être simplement le secret de son origine ou encore le sens de cette vie. Elle sait que ce secret n’appartient pas à l’univers des écritures maintenant connues, mais à des signes encore antérieurs, encore plus primordiaux. Et dans cette quête elle perd quelques fois la notion du temps ou de l’espace. Elle fouille la terre, mais elle est ailleurs. Elle est dans les entrailles des temples, au sein des pyramides, mais dans ces moments là, en tous cas, pas sur terre.

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...