Exposition Alain LESTIE

1er avril 2011 - 30 avril 2011

Le travail d’Alain Lestié est celui d’un dessinateur qui se veut peintre, un peintre du noir. Il parle lui-même de « dessin de peinture » pour caractériser son œuvre.

Il s’impose une véritable rigueur, voire une austérité dans les moyens techniques qu’il utilise – toujours le même crayon noir, gras, toujours le même papier de 640 gr, de même format, qu’éventuellement il multiplie sous forme de diptyque ou de triptyque – et quelque soit le sujet, il passera par toutes les nuances de gris jusqu’au noir le plus profond.

Dans la construction de son œuvre, il utilise des éléments de géométrie qui structurent, divisent ou fragmentent le dessin ou le support. Ce dessin, d’ailleurs, n’est pas la représentation, l’imitation d’une réalité objective, mais plutôt une allusion symbolique ou métaphorique de cette réalité qui permet encore mieux au regardeur de voyager dans l’imaginaire, le sien ou celui qu’il entrevoit être celui de l’artiste.
Au cours de cette exposition nous présenterons « L’homme-qui-cherchait-à-voir », d’Alain Freixe, illustré de 4 xylographies originales d’Alain Lestié.

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...