Exposition de Fernanda FEDI

9 février 2018 - 10 mars 2018

Cette exposition présente un travail de la fin des années 1970 – travail tout à fait conceptuel sur l’espace, la ligne, le vide, traité en blanc sur blanc – espace immaculé, somme de toutes les couleurs, de tous les sentiments – à la fois plein et vide, lieu des rêves et des peurs, du virtuel et de la réalité perçue.

« La plupart des gens souffrent de cette infirmité de ne pas savoir dire ce qu’ils voient ou ce qu’ils pensent. […] La littérature tout entière est un effort pour rendre la vie bien réelle. Comme nous le savons tous, même quand nous agissons sans le savoir, la vie est absolument irréelle dans sa réalité directe : les champs, les villes, les idées, sont des choses totalement fictives, nées de notre sensation
complexe de nous-mêmes. Toutes nos impressions sont incommunicables, sauf si nous en faisons de la littérature. »

(Pessoa, le livre de l’intranquilité)

Cette feuille de céramique pose exactement ce rapport entre la sensibilité de l’artiste et la perception de l’écrivain – tout les sépare, tout les réunit, et chacun fera son chemin sur cette faille, créera sa réalité propre.

Fernanda FEDI illustre « Dans le vacarme des couleurs »
de Raphaël MONTICELLI

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...