Exposition de Gino GINI

12 septembre 2014 - 11 octobre 2014

« Lettre à lettre, le mot POESIe/a se dresse comme un mur, une paroi à escalader où les noms des grands auteurs font horizon aux yeux et prises aux mains qui montent. Le rapport au passé est de tension… Dans une époque – la nôtre – où nous allons le dos collé au jour, … il est vital d’ouvrir et de dilater le temps. Les grandes oeuvres d’hier sont toujours devant nous, pas derrière ! » Alain Freixe

C’est de la première exposition de l’année 2007, « L’abécédaire de Gino Gini », que ce portfolio découle ; et, déjà, Amedeo Anelli nous parlait de la créativité, de la vitalité et de la rigueur du travail de Gino Gini dans l’élaboration de son abécédaire.

Aujourd’hui ce sont cinq lettres tirées de cet alphabet qu’il retravaille, dans leur forme, dans leur essence, mais surtout dans la profondeur qu’elles prennent lorsque, associées, elles composent le mot POESIE. Et l’on peut encore parler de créativité, vitalité et rigueur dans ces oeuvres que nous rend Gino Gini – compositions originales de peinture, écriture et collages, jaillies de l’impression xylographique de la lettre-mère.

Gino GINI illustre « POESIE, fille de mémoire » d’Alain Freixe

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...