Exposition de Valérie SIERRA

24 octobre 2014 - 22 novembre 2014

Depuis plus de vingt ans, Valérie Sierra fait oeuvre à partir du détournement de bas en voile. Cette approche de l’art par l’objet et non par la figure pourrait

à tort- inscrire Valérie Sierra dans les avatars du nouveau réalisme et de toutes les tendances qui, depuis le début du siècle, focalisent l’art sur la récupération de l’objet. Dans l’oeuvre de Sierra tout vient du corps. Et du corps féminin. C’est ce corps qui donne aux bas dont elle se sert leur forme et leur galbe, leur raison d’être et cette poésie d’intimités tièdes. C’est ce corps, désormais disparu, à
peine représenté, qui initie toutes les images de perte et de deuil, de manque et de soif qui inondent l’oeuvre de Sierra et s’y donnent parfois forme verbale.

“Le Framboisier”, que nous éditons à l’occasion de cette exposition, est une correspondance d’une pudique intimité. En regard des textes, parfois énigmatiques, palpitent des transparences de peaux, des paysages, des bruits de sources et de fleurs, des musiques, et comme un remuement d’étoiles : débris de galaxies, fragments déchirés de voies lactées.

Valérie SIERRA della casa di Dio illustre « Le Framboisier » – romance épistolaire

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...