Exposition Maurizio CALZA

11 juillet 2008 - 9 août 2008
Né le 22 septembre 1952, diplômé de l’Institut Gazzola, puis de l’académie des Beaux Arts de Brera à Milan, Maurizio Calza est professeur de « disciplines picturales » au Lycée Artistique de Plaisance (Italie). Récemment, une importante rétrospective personnelle au Palais Farnèse de Plaisance, intitulée « Svelamenti » (Dévoilements) a permis à un vaste public de découvrir une œuvre d’accès parfois difficile, à l’enseigne d’une tension morale assez rare chez les plasticiens de cette dernière décennie, et dont le propos, initiatique, se situe aux confins de la peinture et de l’architecture. Calza part de la pénombre, de surfaces grises, terreuses, ferreuses, à la recherche d’une lumière dont on aurait peine, à première vue, à identifier la source : celle-ci semble sourdre de la matière même dont sont construits les espaces. Le clair-obscur, qui inscrit si fortement les figures sur le « fond » du tableau, détermine un impact émotif qui prédispose le spectateur à engager son parcours initiatique à l’intérieur de la structure spatiale imaginée par Calza, quelles que soient ses dimensions. L’espace bidimensionnel est perçu comme une sorte de prison et tend très vite à se transformer en une composition concave, articulée suivant une succession complexe de points de fuite. De plus en plus, les châssis échappent à la contrainte du rectangle et assument des formes polygonales qui dialoguent librement avec les autres formes. Mais, comme l’a noté R. Tagliaferri, toute la qualité spatiale de l’œuvre procède d’un omphalos, d’un centre focal autour duquel se dispose le tout, et l’artiste prend soin de privilégier le point de vue du seuil au-delà duquel le spectateur pourra entreprendre son voyage… vers la lumière ? (Marc LE CANNU)

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...