Exposition Carmen BOCCU

19 février 2010 - 27 mars 2010

Carmen Boccu est indifférente aux expériences ordinaires et sa conscience est sereine et brillante comme une armure.

Il s’agit, pour elle, de se défendre de l’insupportable insolence de la banalité qui a réduit la complexité de l’existence à un grossier schéma de stéréotypes.

Mais l’art va au-delà et arrive d’au-delà.

Plutôt que de chercher des stéréotypes, le travail de Carmen Boccu tend ainsi à stimuler les archétypes, les rendant fertiles.

Contre l’indolence de l’âme, chaque détail, chaque éclat de vécu, condense de vastes portions de spiritualité.

L’art, parfois, est le plaisir des choses absentes.

Carmen Boccu travaille avec ordre et légèreté, comme elle respire.
L’ignorance est aux aguets avec ses outils de normalisation, et tente de codifier et justifier le monde dans les limites spatio-temporelles de notre culture occidentale.

Carmen Boccu s’en méfie et regarde ailleurs.

Voir aussi…

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Ce « Jeux de confinement » est né de l’évidente collaboration que nous entretenons entre artistes, auteurs et éditeurs, et de l’impossibilité de nous rencontrer, d’échanger de vive voix, durant la première période de claustration.