Exposition Jean-Baptiste VALADIE

24 avril 2009 - 16 mai 2009

Jean-Baptiste Valadié, c’est 50 années de travail et d’exposition à travers le monde, de Paris à New York, de Caen à Sydney, Tokyo, Johannesburg, d’Osaka à Reims, Nashville, Casablanca, Stockholm ou Brive-la-Gaillarde d’où il est originaire, c’est un extraordinaire coup de crayon, une maîtrise étonnante et une rigoureuse organisation de l’espace.

Voilà longtemps déjà que je connais Jean-Baptiste, par les nombreux ouvrages qu’il a illustrés – et j’ai la chance d’en détenir quelques uns, dont le superbe « Gamiani » d’Alfred de Musset ; alors, commencer à travailler avec lui est un grand plaisir, et plus encore s’agissant d’un personnage fait de passion et de douceur, accompagné d’une délicieuse épouse, véritable muse de notre artiste.

Cette exposition aussi est consacrée à la présentation d’un ouvrage de bibliophilie, « IMPATIENCE », illustré de 6 lithographies originales de Jean-Baptiste Valadié, accompagnant une série de poèmes de Laetitia Valadié, sa fille – les jeux, de mots et de couleurs, sont-ils génétiquement transmissibles ? – on le dirait tant ceux qu’elle utilise sont vifs, dansants et passionnés.

Et un ensemble de dessins et techniques mixtes viendra compléter cette présentation.

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...