Exposition Muriel DESAMBROIS

24 juin 2011 - 23 juillet 2011

Depuis une dizaine d’années et quelques expositions au cours desquelles je vous fais découvrir le travail de Muriel Désambrois, vous n’avez jamais vu de peinture au sens classique du terme, et pourtant elle sait faire, mais des monotypes, même en grand format, même sur toile, c’est-à-dire une peinture indirecte, l’image inversée et partielle d’une peinture, son empreinte. Quelle raison la pousse vers cette technique ? Cherche-t-elle à ouvrir une porte ? Celle qui mène de l’autre coté du miroir ? Est-elle de ce monde étrange, univers magique et obscur, qu’elle veut nous faire partager ?

Effacement, cicatrices du temps, souvenirs et mélancolie, voiles… se retrouvent également dans la série de poupons qu’elle nous présente, dans ses livres, dans le choix qu’elle fait de la poésie qui l’habite ; et l’on sait que le travail sincère d’un artiste est finalement un autoportrait.
Alors, ce monde que Muriel veut nous faire découvrir est-il son âme ?

Voir aussi…

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Ce « Jeux de confinement » est né de l’évidente collaboration que nous entretenons entre artistes, auteurs et éditeurs, et de l’impossibilité de nous rencontrer, d’échanger de vive voix, durant la première période de claustration.