Exposition Remo GIATTI

13 septembre 2013 - 12 octobre 2013

Remo Giatti construit son œuvre, essentiellement gravée, depuis le milieu des années 70. Il partage son inspiration première – la montagne – avec de nombreux artistes, mais ce sont les gravures rupestres qui décideront de ses techniques de prédilection. Il retrouve dans leur graphisme primitif, force et simplicité, ses questionnements métaphysiques ; et restera fasciné par la puissance du signe, de ce signe intemporel, totémique, chamanique.

Ce signe, il le travaillera en noir à la manière de Freidlaender et y associera très vite la leçon de Goetz qui lui permet un encrage polychrome en un seul passage ; et sa gravure deviendra un lieu de tension entre figuration, matière et symbolisme. Elle deviendra parfois fantastique ou inquiétante, et cette impression sera renforcée par la superposition de gravures sur bois et sur métal.

Après l’Iliade et avant l’Odyssée, Remo Giatti a désiré se confronter à La Légende dorée de Jacques de Voragine. Son premier choix s’est fixé sur Luc, puis Marc, et c’est finalement les 4 évangélistes qu’il nous livre.

Remo GIATTI illustre Saint Matthieu, Saint Marc, Saint Luc et Saint Jean.

Voir aussi…

Exposition de Max Charvolen

Exposition de Max Charvolen

Dès les années 70 Max Charvolen travaillait la toile brute, libérée du châssis, par des jeux de découpes, de renversements et déjà l’importance du rapport entre œuvre et espace de monstration apparaissait. Depuis de nombreuses années l’œuvre colle à l’espace...

XXX ans et plus…

XXX ans et plus…

En 2012, Raphaël Monticelli fêtait les 20 ans de mon association avec Pierre Cottalorda et narrait 10 années d’édition et d’aventures artistiques. Cette année, Alain Freixe prend la suite de ce récit, nous présente les nouveaux artistes qui ont marqué la galerie et La...

Exposition d’Eric Massholder

Exposition d’Eric Massholder

Une suite aux femmes aux lunettes… Contourner. Qu’y a-t-il au-delà des verres teintés ? La réponse des yeux au soleil. Et dans l’obscurité des corridors ou la pénombre des bâtiments publics ? Le disparaître renouvelle l’apparaître. S’adonner aux lunettes comme à...