Exposition Giovanni RUBINO

du 5 au 27 février 2021
Présentation de ses « carnets de croquis», un portfolio de 5 dessins originaux – texte de Raphaël Monticelli.

Exposition d’une série de dessins.

Passionnée par l’écriture, toutes formes d’écritures, Fernanda Fedi a désiré travailler sur la musique, une autre forme d’écriture mais aussi un autre média qui permet de toucher à l’indicible, à l’incommunicable.

Les mots donc la poésie, la peinture et la musique tenus ensemble pour faire œuvre… Pour ce faire elle utilise la peinture, l’écriture, le collage de lambeaux d’anciennes partitions, et répète inlassablement ses gestes et les mêmes mots qui résonnent dans sa tête et sur le papier : infini, silence et âme.

Ces mêmes mots qui résonneront dans la tête d’Alain Freixe lorsqu’il travaillera le texte de ce portfolio et décidera de le structurer selon les variations Goldberg de Bach en deux arias encadrant 30 variations.

GIOVANNI RUBINO PRÉSENTE SES « CARNETS DE CROQUIS »
ACCOMPAGNÉS DE TEXTES DE RAPHAËL MONTICELLI

Chacun de ces petits portfolios comporte 5 croquis originaux, uniques, qui racontent la plage, le jardin, le bistrot, les travailleurs – ceux du BTP et les autres – et la musique, cordes, cuivres ou piano… et une toute petite série de croquis de nus feront l’objet de quelques portfolios différents.

Dans ces deux séries, Raphaël Monticelli nous parlera de ces anonymes et de la virtuosité de notre artiste.

Justification du tirage :
– 20 ex. numérotés de 1 à 20/20, comportant les 5 dessins originaux
signés par l’artiste
– 20 exemplaires réservés à l’artiste, numérotés EA,
– 10 exemplaires hors commerce, numérotés HC.

Caractéristiques de l’ouvrage :
– Format : 25 x 18 cm.
– Emboîtage : édition présentée en feuilles en portfolios entoilés.
– Typographie : Les textes sont composés en Garamont corps 18
italique et romain, et tirés sur les presses de La Diane Française à Nice.

Voir aussi…

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Ce « Jeux de confinement » est né de l’évidente collaboration que nous entretenons entre artistes, auteurs et éditeurs, et de l’impossibilité de nous rencontrer, d’échanger de vive voix, durant la première période de claustration.