Henri BAVIERA

Exposition du 6 décembre 2019 au 4 janvier 2020

« Peintre
tu es le lieu de l’ouvrage
attentif aux gouttes de lumière
elles font un grand remue-ménage en toi
attentif à la moindre aspérité des peaux
sur lesquelles la lumière du dehors
et la lumière du dedans
font des jeux d’ombres colorées »
(Raphaël Monticelli)

Peintre, graveur, éventuellement sculpteur ou mosaïste, Henri Baviera enrichit le paysage artistique azuréen depuis les années 60 et a parcouru le monde pour présenter ses travaux de salons en galeries internationales. Si nous nous connaissons depuis la fin des années 80, depuis l’installation de son atelier à Nice, voilà le premier ouvrage qu’il réalise pour La Diane Française – ce n’était pas faute d’en parler.
Il est aisé, du moins apparemment, de repérer dans son travail différentes périodes qui jouent de subtiles variations et combinaisons entre abstraction, matière, architecture et métaphysique.

De la même manière, sa palette glissera d’une tonalité pastel à des couleurs plus vives et chaudes… pour mieux en revenir, jusqu’au monochrome du geste classique du graveur.

Raphaël Monticelli et Fédérik Brandi nous livrent de ce travail des textes à la fois critiques et poétiques.

Henri BAVIERA illustre un nouvel exemplaire de « L’Art au Carré » textes de Raphaël Monticelli et Frédérik Brandi

Voir aussi…

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Henri BAVIERA et « Jeux de confinement »

Ce « Jeux de confinement » est né de l’évidente collaboration que nous entretenons entre artistes, auteurs et éditeurs, et de l’impossibilité de nous rencontrer, d’échanger de vive voix, durant la première période de claustration.

Olga PARRA

Olga PARRA

Olga PARRA illustre « L’invention de la Sainte Croix » texte issu de La Légende dorée